Les Masters par Frédé

Petite présentation de toi (depuis quand tu pratiques l’ultimate, les compétitions majeurs que tu as fait) :
Je joue depuis 92 je crois, 1892. Entre 94 et 2000, nous considérions tous les week-ends de championnat indoor comme majeurs. L’apogée en 95 : notre place de 2ème en N1 mais Izno était resté plus constant que nous sur l’ensemble de cette saison. Et avec des week-ends entiers à 5 joueurs sans remplaçants, nous ne nous étions pas mis toutes les chances de notre côté.

Nous jouions peu en extérieur à cette époque. C’est sans doute notre participation à l’équipe master et notre engagement avec l’orga du 1er championnat d’Europe des nations à Fontenay en 95 qui nous a remis le pied à l’étrier. Une expérience riche en apprentissage dans plusieurs domaines.

Euro 2003 à Fontenay aurait aussi dû être une compèt importante mais j’en ai un souvenir très mitigé (beaucoup de pbs à tous niveaux). Le vrai bon souvenir de compètition internationale réussie fut Southampton en 2007. Le groupe était soudé, la compèt intéressante avec des matches à notre portée et une bonne place à l’arrivée (3ème). Vancouver s’est construit là-dessus avec des désistements de joueurs qui nous ont handicapé. Nous sommes revenus frustrés d’avoir accroché mais pas battu les Anglais ni les Japonais (par 2 fois), là encore pour des questions de régularité (ne bien jouer qu’une mi-temps ne suffit pas à ce niveau). Nous sommes simplement à notre place (7ème sur 10) mais nous l’avons fait ; ce fut quand même un projet compliqué à monter avec des exigences de disponibilité importantes. Tout ne fut pas rose mais nous avons joué un championnat du monde. ça marque même si ce n’est « que » de l’ultimate et que ce n’était « qu’en » master. Un autre bon souvenir qui reste : Rimini en 2000 avec une vraie bonne ambiance de potes entre nous et un bon résultat mérité (entre 16ème et 20ème, je ne sais plus). Mais le niveau de ce tournoi a monté ensuite, plus vite que nous.

Coach/joueur, pourquoi et qu’est ce qui t’as amené à faire ce choix ?

J’ai coaché l’équipe 1 indoor en 2001. J’avais à l’époque une idée précise d’une façon collective de jouer qu’il fallait qu’on adopte pour monter d’un cran dans la hiérarchie nationale. Mais nous n’avons pas réussi à le faire (pas en une saison) et la 2ème défaite d’affilée en finale de la coupe de l’ouest a fait très mal à ce groupe. Nous avions bcp d’atouts mais pas celui de se transcender dans les moments importants. J’ai lâché le projet, sans dépit. Le temps a passé ; j’avais gardé l’idée de le refaire un jour. J’ai bcp observé notre coach de Southampton et Vancouver (Papy de Friselis) et ses joies, ses difficultés, ses réflexions, ses hésitations, ses tentatives, ses choix… m’ont intéressé. Je pensais donc vaguement à un projet de coaching. Quelques joueurs en septembre dernier m’ont conforté dans cette idée de mettre à disposition du club mon expérience du jeu. Je pense aussi qu’il est bon que chaque coach ne gère qu’un projet et qu’Oliver se consacre vraiment au jeu avant (et en //) de reprendre sa casquette de coach pour les Frisbeurs open. Les systèmes de jeu varient peu entre nos masters et nos open mais suffisamment pour que ça génère des réflexions, des idées, des débats…

Les 21 et 22 mars prochains aura lieu la coupe Master à Carquefou, vous jouez à domicile alors quel résultat attends-tu de la part de l’équipe ? L’an dernier les Frisbeurs avaient terminés vice champion de la Coupe Master, sans oublié que les Frisbeurs avaient remis leur titre en jeu.
On sait bien que cette catégorie est moins élitiste que les open. Elle concerne moins de joueurs et il est donc naturellement plus facile d’y atteindre une bonne place (du moins jusqu’à présent). Le club des Frisbeurs a cette chance depuis qqs années de garder ses joueurs. Certains anciens ou très anciens sont encore là. Ca fait un vivier de joueurs important pour toutes les catégories. Cependant, nous ne sommes pas les seuls. De nouveaux clubs apparaissent en master : les Iznos cette année. Connaissant bien le noyau dur de leur groupe, nous savons qu’ils seront très durs à manoeuvrer. On peut aussi imaginer que leurs renforts ne seront pas des joueurs débutants. Les Oufs aussi restent une équipe de compétiteurs qui a ravi le titre aux Frisbeurs l’an dernier. Ils seront à priori moins forts cette année (c’est ce qu’ils veulent nous faire croire !?). Tous nos adversaires sont prenables mais tous peuvent aussi nous battre. A nous d’être sérieux, de commencer les matches dès la 1ère seconde, de rester soudés, de ne pas psychoter lors des passages à vide, d’imposer notre jeu en attaque, de ne pas tomber dans les pièges… C’est peut-être banal mais l’objectif pour moi est de marquer chaque point au fur et à mesure qu’ils viennent, de gagner chaque match comme ils viennent et de faire les comptes à la fin du week-end. C’est justement pour moi une façon de ne pas rentrer dans la spirale du psychotage. Nous pouvons raisonnablement espérer être en finale mais ça se jouera sur un terrain, pas sur un papier ou avec un clavier.

Les renforts des années passées ne seront pas là, mais le club compte de nouveaux jeunes master ; qu’attends-tu d’eux, la fraîcheur ?
De la fraîcheur, n’exagérons pas. Après l’indoor, ça peut sentir un peu le renfermé. Les très anciens ont encore du jus, utilisons-le. L’arrivée de 6 nouveaux joueurs avec l’entrée des natifs de 76 en master est un vrai plus pour les Frisbeurs. Ca permet d’être nombreux dans une compétition qui sera difficile physiquement. Ca permet aussi d’avoir une équipe qui peut se passer des renforts extérieurs qu’on n’a pas pu avoir cette année et qui ne peuvent jamais s’entraîner avec nous habituellement. Nos jeunes masters vont apporter l’énergie évidemment mais ils ont tous aussi de l’expérience.

Je ne fais pas de distinction de catégorie d’âge ni de sexe (même si j’ai bien remarqué que 2 de nos joueurs ont des maillots coupés différemment des autres). Je souhaite avant tout un groupe homogène. Certains seront très bien à certains moments, pas à d’autres. Certains joueurs joueront plus sur certains matches ou à certains moments. L’intérêt reste le collectif, les performances du groupe et le plaisir. A moi de veiller à avoir nos meilleurs atouts aux meilleurs moments sur le terrain.

Depuis quand préparez vous ce rendez-vous et êtes-vous prêt ?

Les plannings d’entraînements ont été mis en place en octobre. Les péripéties climatiques et les fermetures de terrains ont compliqué la bonne tenue des plannings. Nous avons réussi à nous entrainer 4 fois ensemble + 1 défi samedi 7 mars. C’est insuffisant mais nos adversaires n’auront pas eu mieux. Je ne considère pas qu’on soit prêt, notamment sur la plan tactique mais on fera avec.

Quels sont les atouts du groupe ?

Bcp de joueurs sont habitués à jouer ensemble. Nous sommes le 1er club master à aligner en championnat une équipe complète du club, sans apport extérieur. C’est un plus, ça procure certains automatismes. L’expérience importante de certains joueurs peut aussi apporter bcp au groupe dans son ensemble. De plus, nous assez nombreux (16), ça doit permettre à chacun de se donner à fonds sur chaque point joué, sachant qu’on peut changer toute l’équipe si nécessaire au changement de points.

Quelles équipes jouerez-vous le 21/22 mars et quelles sont leurs points forts ?

Nous jouerons Izno, Ouf, Révo, Friztoi, Tchac et UFO. Les 4 derniers sont vraiment à notre portée ; nous les avons presque tjs battu en coupe master. _ Mais, ils savent aussi que la pression peut vite nous accabler. A nous de rester concentrés et d’imposer notre jeu.

Et Londres, tu dois y penser en tant que coach/joueur mais le groupe y pense aussi, si oui avec quelle envie ?

On est qqs uns à en parler en terme d’orga. Je préfère que l’essentiel du groupe se concentre sur la coupe du 21-22 mars. On verra ce qu’on a pu produire, ce qu’on « vaut » vraiment et comment le groupe a vécu cette expérience. A partir de là, le projet de Londres peut s’envisager sérieusement avec une possible participation au tournoi Windmill à Amsterdam qui est d’un bon niveau sans être non plus inaccessible. Pour certains joueurs, ça pourrait être une 1ère expérience internationale avant, peut-être, d’aller voir du côté des sélections nationales.

L’indoor est terminé, vu de l’extérieur que penses-tu des différents résultats (pas de montée en N1 pour l’équipe 1, le maintien au goal-average pour l’équipe 2 en N3 et le bon maintien de l’équipe 3 qui devait jouer en DR2 au lieu de la DR1) ?

Je ne m’intéresse plus trop à l’indoor après avoir été très assidu et passionné de cette surface pendant de nombreuses années. Je n’ai pas vu les compèts. Je peux juste dire qu’on s’est retrouvé, jadis avec les anciens, plusieurs fois dans des situations similaires à celle de l’équipe 1 à l’issue du 1er week-end. Avoir tout gagné le 1er week-end est une position qui peut être difficile à assumer (comme le cycliste qui mène le bal toute la course et se fait dépasser à l’arrivée). Il faut trouver une façon d’assumer ce statut de favori et d’en tirer une vraie force. Le club devra trouver les clés pour rejoindre l’élite et surtout y rester. L’année à venir en N2 pour l’équipe 1 ne sera pas du temps perdu s’il s’agit de se repositionner de façon pérenne en haut de la pyramide. Parmi d’autres pistes, un travail sur le mental me paraît inévitable mais ce n’est pas simple. Les équipes 2 et 3 ont atteint leurs objectifs, que ce soit au goal-average ou pas. Le boulot est fait. C’est bon pour le moral général du club. L’équipe 2 pourra viser plus haut l’an prochain avec l’arrivée de joueurs qui sont dans la courbe très ascendante de leur progression.

Cette année des joueurs se sont lancés dans le coaching (Spiroo pour l’équipe 1, Loic et Florian pour l’équipe 2 et Muriel pour l’équipe 3), penses-tu qu’ils devraient remettre le couvert la saison prochaine pour rester dans la ligné de ce qui à été fait cette saison ?

Là aussi, je n’ai pas participé à leurs travaux mais, vu de l’extérieur, tous ont assumé leur nouveau rôle et bien tenu leur place. Sans doute bcp de choses restent-elles à faire mais il faut justement pérenniser ces coaches qui ont montré bcp de dévouement pour tenir ce rôle ingrat et complexe (choix tactiques, choix de joueurs, choix d’ateliers pour tirer chacun puis le collectif vers le haut, entretien d’un bon esprit et de dynamisme permanent dans le groupe…).

Comme peut-on analyser ces résultats de la saison dernière (3ème d’outdoor en N2 division Open et 3ème au Coed en D2) ?

Je n’ai pas vu les coed. La 3ème place en open est en soit un bon classement même si il y a eu de la déception en fin de championnat car nous avons fini sur une pente très ascendante. Rétrospectivement, sur l’ensemble des 2 week-ends, notre place est mérité car nous avions vraiment mal débuté. L’équipe n’était pas en place en début de championnat car il y avait eu trop peu d’entraînements pour cette équipe. L’équipe a commencé à travailler et jouer ensemble en extérieur après la fin de l’indoor, c’est trop tard. Manu l’a redit ainsi que d’autres présidents de club cette année, l’indoor occupe trop de place dans une saison en France. Donc, cette équipe open n’a pu montrer son vrai visage qu’au 2ème week-end et nous avions déjà perdu trop de points. Mais, là encore, il n’est pas mal d’attendre un peu que les choses se stabilisent pour les Frisbeurs si les objectifs sont de remonter de façon pérenne dans l’élite, pas pour une seule année. La N1 est accessible mais le fossé avec les 4 ou 5 meilleurs, s’il reste surmontable, est encore important (mental, physique, régularité…).

Depuis le début de saison le club a une section junior, y vois-tu un signe qu’ils jouent le même week-end que vous ?

C’est surtout pour des questions logistiques mais c’est plutôt drole de voir des joueurs ayant une génération entière d’écart se retrouver sur le merveilleux site de la Mainguais à Carquefou. Plusieurs joueurs du club sont originaires de cette petite bourgade rurale ; les familles seront présentes, les tantes, les oncles, les grand-parents… il y aura une ambiance de feu.
J’espère que les résultats de nos 2 équipes seront à la hauteur de leurs immenses espoirs !